Page:Péguy - Les Mystères de Jeanne d’Arc, volume 2.djvu/205

Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA DEUXIEME VERTU

Ces vingt fois qu'elle nous a fait faire le même chemin

pour arriver au même point De vanité. Pour le regard humain c'est le même point, c'est le

même chemin, ce sont les vingt mêmes fois. Mais c'est cela qui trompe.

C'est cela qui est le faux calcul et le faux compte Étant le compte humain. Et voici ce qui ne déçoit point : Ces vingt fois ne sont

pas la même. Si ces vingt fois sont vingt fois

d'épreuve(s) et si ce chemin est un chemin de sainteté Sur le même chemin la deuxième fois fait le double de

la première Et la troisième en fait le triple et la vingtième en fait le

vingtupie. Qu'importe d'arriver ici ou là, et toujours au même

endroit Qui est un endroit de déception Terrestre. C'est le chemin qui importe, et quel chemin on fait, et

quel étant on le fait Comment on le fait. C'est le trajet seul qui importe. Si le chemin est un chemin de sainteté Au regard de Dieu, un chemin d'épreuves Celui qui l'a fait deux fois est deux fois plus saint Au regard de Dieu et celui qui l'a fait trois fois Trois fois plus saint et celui qui l'a fait Vingt fois vingt fois plus saint. C'est comme ça que

Dieu compte. C'est comme ça que Dieu voit.

197

�� �