Page:Péguy - Les Mystères de Jeanne d’Arc, volume 2.djvu/193

Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA DEUXIEME VERTU

Peuple tu es mon jardinier.

Jardinier dans le verger, jardinier dans le potager, jardi- nier dans le jardin. Jardinier dans le champ même. Peuple jardinier, peuple honnête, peuple propre. Peuple probe. Tes forêts sont plus propres que le parc même du

roi. Tes bois (les plus sauvages) sont plus propres que le

verger du roi. Tes champs et tes vallons sont plus propres que le

jardin du roi. Dans tes champs les plus étendus je ne vois pas une

seule mauvaise herbe. Peuple laborieux j'ai beau regarder tes champs sont

purs comme un beau jardin. Et tes vallons au loin qui se recourbent mollement. Pleins de fécondité. Bien gonûés sous la main. Avec

des recreux de secret. Peuple diligent la charrue et la herse et le rouleau, la

bêche et le râteau et la pioche et la houe et le plantoir

et le cordeau Ne s'ennuient pas dans tes mains. Ne chôment pas dans tes mains. Tu n'as pas peur d'y toucher. Tu ne les regardes pas

de loin avec des cérémonies. Mais la charrue et la herse et le rouleau et la pelle et la

pioche et la bêche et la houe. Tu en fais des bonnes honnêtes ouvrières, des outils

d'honnête homme. Tu n'as pas peur de les approcher.

i85

�� �