Page:Péguy - Les Mystères de Jeanne d’Arc, volume 2.djvu/191

Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA DEUXIEME VERTU

��Si c'était avec de l'eau pure qu'elle fît de l'eau pure, elle sait bien ce qu'elle fait, elle est maline.

Si c'était avec de l'eau pure, si c'était de l'eau piu-e qu'elle fît jaillir en source d'eau pure.

Elle en manquerait tout de suite.

Elle n'est pas si bête, elle sait bien qu'elle en manque- rait tout de suite.

��Mais c'est des eaux mauvaises qu'elle fait une source

éternelle. Elle sait bien qu'elle n'en manquera jamais. La source éternelle de ma grâce même.

Elle sait bien qu'elle n'en manquera jamais. Et il faut que ma grâce soit tellement grande. C'est d'une eau mauvaise qu'elle fait ses fontaines.

Aussi elle n'en manquera jamais. Ses fontaines parfaitement pures. C'est du jour impur qu'elle fait le jour pur.

Elle n'en manquera jamais. C'est de l'âme impure qu'elle fait l'âme pure.

Elle n'en manquera jamais.

��Il y avait une grande procession. C'était la procession de la Fête-Dieu. On portait le Saint-Sacrement. Aussi en tête les trois Théologales

i83

�� �