Page:Péguy - Les Mystères de Jeanne d’Arc, volume 2.djvu/190

Cette page n’a pas encore été corrigée


le porche

Des âmes levantes avec des âmes couchantes. Des âmes com-antes avec des âmes stagnantes.

Comment elle y réussit, comment elle s'y prend, Ça, mes enfants, c'est mon secret. Parce que je suis son Père.

��Des âmes neuves avec des âmes qui ont déjà servi. Des jours neufs avec des jours qui ont déjà servi.

Des âmes transparentes avec des âmes troubles. Des âmes levantes avec des âmes couchées. Des jours transparents avec des jours troubles.

Si c'était avec des jours transparents qu'elle fît des jours transparents.

Si c'était avec des âmes, avec de l'eau claire qu'elle fît des sources.

Avec de l'eau claire qu'elle fît de l'eau claire.

Si c'était avec de l'âme pure qu'elle fît de l'âme pure,

Parbleu, ça ne serait pas malin. Toat le monde pour- rait en faire autant. Et il n'y aurait là aucun secret.

Mais c'est avec une eau souillée, une eau vieillie, une

eau fade. Mais c'est d'une âme impure qu'elle fait une âme pure

et c'est le plus beau secret qu'il y ait dans le jardin

du monde.

183

�� �