Page:Péguy - Les Mystères de Jeanne d’Arc, volume 2.djvu/178

Cette page n’a pas encore été corrigée


le porche

C'est cette eau, c'est la même eau qui court au ras des

prés. C'est la même eau saine qui monte aux tiges du blé

pour le Pain, C'est la même eau saine qui monte aux sarments pour

le Vin. C'est la même eau saine qui monte en l'un et l'autre

bourgeon, en l'un et l'autre bourgeonnement, En l'une et l'autre Loi. C'est la même eau, recueillie, c'est la même eau, saine,

assainie, qui fait le tour du monde. Qui revient, qui reparaît, qui a fait tout le tour de ma

création. C'est la même eau recueillie qui rejaillit, qui ressource. Dans la nouvelle fontaine, dans le rejaillissement jeune. Dans la source et le ressourcement de l'espérance.

��Vraiment, dit Dieu, mon Fils m'a fait de très bons jardiniers

Depuis quatorze siècles qu'il ameublit cette terre d'âmes.

Depuis quatorze siècles que mon Fils laboure et cultive cette terre.

Il m'a fait de très bons laboureurs et cultivateurs.

Et des moissonneurs et des vignerons. Des fins vigne- rons.

Ces jours mauvais qui pleuvent et qui pieu vent et qui partout ailleurs empoisonneraient des pays entiers.

Des nations, des peuples entiers, des créations entières.

170

�� �