Page:Péguy - Les Mystères de Jeanne d’Arc, volume 2.djvu/170

Cette page n’a pas encore été corrigée


le porche

Mais il y a une parole de Dieu qu'il ne rejettera point.

Sur laquelle tout homme a pleuré tant de fois.

Sur laquelle, par la vertu de laquelle. Par laquelle

Et il est comme les autres, il a pleuré aussi.

Il est un trésor de Dieu, quand le pécheur s'éloigne

Dans les ténèbres grandissantes.

Quand des ténèbres

Croissantes

Voilent ses yeux il est un trésor de Dieu qu'il ne jettera

point aux ronces de la route Car c'est un mystère qui suit, c'est une parole qui suit Dans les plus grands Éloignements. On n'a pas besoin de s'occuper d'elle, et de la porter.

C'est elle Qui s'occupe de vous et de se porter et de se faire

porter. C'est elle qui suit, c'est une parole à la suite, c'est un

trésor qui accompagne. Les autres paroles de Dieu n'osent pas accompagner

l'homme Dans ses plus grands Débordements.

Mais en vérité celle-ci est une dévergondée. Elle tient l'homme au cœur, en un point qu'elle sait, et

ne le lâche pas. Elle n'a pas peur. Elle n'a pas honte. Et si loin qu'aille l'homme, cet homme qui se perd, En quelque pays, En quelque obscurité, Loin du foyer, loin du cœur,

i6a

�� �