Page:Péguy - Les Mystères de Jeanne d’Arc, volume 2.djvu/135

Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA DEUXIEME VERTU

��Il faut avoir confiance en Dieu, il a bien eu confiance en nous.

Il faut faire confiance à Dieu, il nous a bien fait confiance à nous.

Il faut faire espérance à Dieu, il nous a bien fait espé- rance à nous.

Il faut faire crédit à Dieu, il nous a bien fait crédit à nous.

Quel crédit.

Tous les crédits.

Il faut faire foi à Dieu, il nous a bien fait foi à nous.

��Singulier mystère, le plus mystérieux,

Dieu a pris les devants.

Ou plutôt ce n'est pas un mystère, propre, ce n'est pas

un mystère particulier, c'est un mystère qui porte sur

tous les mystères. C'est un redoublement, c'est un agrandissement à l'in- fini de tous les mystères. C'est un miracle. Un miracle perpétuel, un miracle

d'avance, Dieu a pris les devants, un mystère de tous

les mystères. Dieu a commencé. Un miracle de tous les mystères, singulier, mystérieux

retournement de tous les mystères. Tous les sentiments, tous les mouvements que nous

devons avoir pour Dieu, Dieu les a eus pour nous, il a commencé de les avoir

pour nous.

�� �