Page:Péguy - Les Mystères de Jeanne d’Arc, volume 2.djvu/126

Cette page n’a pas encore été corrigée


le porche

C'est-à-dire il dépend de nous

Que l'espérance ne mente pas dans le monde.

��C'est-à-dire, il faut le dire, il dépend de nous

Que le plus ne manque pas du moins,

Que l'infiniment plus ne manque pas de l'inflniment

moins, Que l'inflniment tout ne manque pas de l'infiniment rien.

��Il dépend de nous que l'infini ne manque pas du fini. Que le parfait ne manque pas de l'imparfait.

��C'est une gageure, il manque de nous, il dépend de

nous Que le grand ne manque pas du petit. Que le tout ne manque pas d'une partie. Que l'infiniment grand ne manque pas de l'infiniment

petit. Que l'éternel ne manque pas du périssable.

Il manque de nous, (c'est une dérision), il manque de

nous que le Créateur Ne manque pas de sa créature.

��Et comme le dernier jour il y aura un grand signe de croi?c sur le cercueil du monde.

lia

�� �