Page:Péguy - Les Mystères de Jeanne d’Arc, volume 2.djvu/121

Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA DEUXIEME VERTU

Tout entière,

Au printemps l'année

Tout entière, A l'enfance la vie

Tout entière. Au temps l'éternité

Tout entière, A la création Dieu même

Tout entier.

A la moisson le blé

Tout entier, A la vigne le vin

Tout entier. Au royaume le roi et au roi le royaume et ainsi le

monde entier, et l'éternel et le temporel, et le spirituel

et le charnel, Et la création et Dieu Tient (aisément) dans ses petites mains.

��Pour assurer cette perpétuité charnelle il faut que Dieu

(Miracle, c'est le vase qui se brise,

Qui se brise même perpétuellement.

Et il ne se perd pas une goutte de la liqueur),

Pour que la parole ne retombe pas inerte

Gomme un oiseau mort il faut que Dieu

L'une après l'autre crée ces créatures périssables,

Ces hommes et ces femmes,

(Qui deviendront des pécheurs et des saints),

L'une après l'autre les paroisses et dans les paroisses

ii3

�� �