Page:Péguy - Les Mystères de Jeanne d’Arc, volume 2.djvu/112

Cette page n’a pas encore été corrigée


le porche De Jésus sur sa croix.

��Ils ne connaissent point le vieil orgueil royal, ils ne

connaissent point l'antique orgueil, L'orgueil sanguin, crevant de soi, l'orgueil qui crève

dans sa peau, ils ne connaissent donc point Que la jeune, que la charnelle, que la timide espérance Marche en tête du cortège, Innocente s'avance Parce qu'elle est dauphin de France.

��Quelle brutalité, mon enfant, quelle imposition, quelle

violence de Dieu. Quel écrasement, quel commandement d'espérance. Voyez à ne pas mépriser un seul de ces petits : En effet je vous le dis, Que leurs anges dans les deux voient toujours la face

de mon Père, Qui est aux deux.

��Jésus-Christ, mon enfant, n'est pas venu pour nous dire

des farilDoles. Tu comprends, il n'a pas fait le voyage de venir sur

terre,

104

�� �