Page:Péguy - Les Mystères de Jeanne d’Arc, volume 2.djvu/111

Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA DEUXIEME VERTU

��Un orgueil qui injecte les yeux de sang, Et qui bat le tambour dans les tempes, Voilà ce qu'ils ne connaissent point.

��Ils ne connaissent donc point qu'il y a un Pâques Un jour de Pâques, un dimanche de Pâques Une semaine de Pâques Un mois de Pâques

Pour la montée, pour la remontée de l'espérance char- nelle Comme il y a pour la sève du chêne et du bouleau Un mois d'avril, un mois de mai.

��Ils ne connaissent point tout cet orgueil charnel, ce

plein orgueil charnel, ce chaud orgueil charnel, D'un sang bouillant.

Ils ne connaissent donc point la rémission charnelle Du sang versé.

��Ils ne connaissent point le gros orgueil d'homme.

Tout plein de soi.

Tout gras.

Tout gonflé, tout nourri de soi.

Ils ne connaissent point tant de graisse, tant de man-

geaille Qui n'a pu être compensée

Que par l'effrayante, que par l'affreuse maigreur, - Que par le décharnement

io3

�� �