Page:Péguy - Les Mystères de Jeanne d’Arc, volume 2.djvu/100

Cette page n’a pas encore été corrigée


le porche

Elle est une créature unique, infiniment unique, infini- ment rare.

��Une seule et nulle autre ensemble charnelle et pure. Car du côté des anges

Les anges seraient bien purs, mais ils sont de purs esprits, ils ne sont point charnels.

Ils ne savent point ce que c'est que d'avoir un corps, que d'être un corps.

Ils ne savent point ce que c'est que d'être cette pauvre créature.

Charnelle.

Un corps pétri du limon de cette terre.

Charnelle.

Ils ne connaissent point cette liaison mystérieuse, cette liaison créée.

Infiniment mystérieuse,

De l'âme et du corps.

Car Dieu n'a pas créé seulement l'âme et le corps.

L'âme immortelle et le corps mortel mais qui ressusci- tera.

Mais il a créé aussi, d'une tierce création il a créé

Ce lien mystérieux, ce lien créé.

Cet attachement, cette liaison du corps et de l'âme.

D'un esprit et d'une matière,

De l'immortel et du mortel mais qui ressuscitera

Et l'âme est liée à la boue et à la cendre.

A la boue quand il pleut et à la cendre quand il fait sec.

Et pourtant liée ainsi il faut que l'âme fasse son salut.

92

�� �