Page:Owen jones - Grammaire de l ornement, 1856.djvu/163

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Chapitre XII. — Planches 49, 50, 51, 52, 53, 53*, 54, 54*, 55.
ORNEMENTS INDIENS.
PRIS DES EXPOSITIONS de 1851 et de 1855.
Owen jones - Grammaire de l ornement, 1856 (page 163 crop).jpg
Ornements pris d’ouvrages en métal, exposés dans la collection indienne, 1851.

Ornements pris d’étoffes brodées et tissées, et de peintures sur vases, exposées dans la collection indienne, 1851, et qui se trouvent actuellement au musée de South Kensington.

Spécimens de laques peints pris de la collection de la compagnie des Indes.

Ornements d’étoffes tissées et brodées, et de boites peintes, exposées dans la collection indienne à Paris en 1855.
Owen jones - Grammaire de l ornement, 1856 (page 163 crop) b.jpg


L’exposition des produits industriels de toutes les nations, en 1851, était à peine ouverte, que l’attention du public fut attirée vers l’étalage somptueux des objets de la collection indienne.

Au milieu du désordre général, visible chez toutes les autres nations, dans l’application de l’art aux manufactures, tant d’unité dans la composition, tant d’habileté et de discernement dans son application, joints à une si grande élégance et à un fini si parfait dans l’exécution des ouvrages, non seulement de l’Inde, mais encore de tous les autres pays mahométans représentés à l’exposition, — La Régence de Tunis, l’Égypte, et la Turquie, — excitèrent parmi les artistes, les manufacturiers, et le public en général, une admiration et une attention, qui n’ont pas manqué de porter des fruits.

Tandis que dans les objets exposés par les diverses nations de l’Europe, on remarquait partout une absence complète des principes généraux, dans l’application de l’art aux manufactures, — tandis que d’un

77