Page:Olympe de Gouges - Le Mariage inattendu de Chérubin.djvu/88

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Brid’oison.

Je n’en vois pas. Se refuſer à la loi ! Eſt-ce que je ſuis-un Magiſtrat en peinture ?


Figaro, à part.

Sans doute, & l’on peut dire un parfait original.


Brid’oison.

Se refuſer à la loi ! Je n’en reviens pas.


Basile, appercevant Figaro.

Que veut cet homme, Monſieur le Juge ?


Brid’oison.

Il me regarde depuis long-tems avec un certain plaiſir. (À Figaro.) Approchez, l’ami.


Figaro, à part.

Fabriquons un langage inconnu (Haut.) Hoſpé hal, lidi cirici, cara maladida impogod pofpodogo.


Brid’oison, reculant de frayeur.

Quelle eſt cette langue, Monſieur Baſile ? Ce n’eſt ni du latin ni de l’Eſpagnol.


Basile.

Il faut que ce ſoit de l’Arabe. (À Figaro.) Eſt-ce que vous ne ſavez pas parler François ?


Figaro.

In yerli pla nigoudouil fripouil kéfaco. (à part.) Il eſt tems de m’en aller. Ah ! ſi je pouvois tenir ce coquin de Baſile dans quelqu’endroit écarté. (s’en allant en danſant.) Cara miladida, inferni pla in pla bêta jugea, bêta jugea.

(Il ſort.)