Page:Olympe de Gouges - Le Mariage inattendu de Chérubin.djvu/75

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Figaro, bas à Chérubin.

Du courage, morbleu, du courage ; point de foibleſſe humaine. Songez que la vie eſt remplie de miſère. Il faut tout ſupporter avec philoſophie.


Fanchette, regardant Chérubin & ſoupirant.

Quel jour affreux pour moi ! Ah, s’il pouvoit lire au fond de mon cœur…


La Comtesse.

Tu pleures chère enfant ?


Antonio.

Madame la Comteſſe eſt bien bonne de faire attention aux larmes de cette mijaurée ! A-t-on jamais vu rire la mariée le jour de ſes noces ? C’eſt bien différent le lendemain. Tatigoi, comme elle eſt éveillée !


Brid’oison.

Et le mari bien ſot.


Figaro.

Aſſez ſouvent ; mais notre homme n’eſt pas ſi bête dans cette occaſion


La Comtesse.

Ma chère Fanchette, quelle eſt la cauſe de ton chagrin : Ouvre-moi ton cœur, mon enfant.


Fanchette.

Excuſez-moi, Madame. Non, je n’ai rien à dire. Croyez…