Page:Olympe de Gouges - Le Mariage inattendu de Chérubin.djvu/72

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le Bailli, mon ancien camarade. Il n’en ſavoit pas plus que moi ; mais depuis qu’il a endoſſé ce brimborion de manteau noir, il eſt devenu ſi ſavant, que nous tous n’oſons lui parler qu’avec reſpect.





Scène XIX.


ANTONIO, NICOLAS, BRID’OISON, LA FLEUR.



La Fleur, à Brid’oison.

Madame la Comteſſe fait dire à Monſieur le Juge qu’il peut entrer chez elle.

(Il ſort.)






Scène XX.


ANTONIO, NICOLAS, BRID’OISON.



Brid’oison.

Ce jeune homme a tenu ſa parole, il eſt honnête. (à Nicolas.) Songe à bien te préſenter, & n’aye pas l’air d’un nigaud. Qu’il paroiſſe que je ſuis ton parrain.


Nicolas.

Ah, laiſſez-moi faire, j’allons bien vous imiter.


Brid’oison.

Fort bien !