Page:Olympe de Gouges - Le Mariage inattendu de Chérubin.djvu/67

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Figaro.

Je le ſais ; mais, dans vos arrangemens, vous avez mis tant de généroſité, que ſon Excellence en profitera ſans réſerve.



Chérubin.

Si je le croyois, Monſieur Figaro, je ne partirois pas ; je déclarerois hautement mes droits, pour les abolir ſolemnellement.


Figaro.

Point d’éclat, Monſeigneur. Feignons de partir. Madame la Comteſſe ſe doute des intentions de ſon mari ; nous n’irons pas loin ; & s’il y a du complot, vous vous ferez connaître, & préviendrez les mauvais deſſeins de votre rival.


Chérubin.

C’eſt bien aviſé. Le Comte aura tort s’il pouſſe les choſes à cette extrémité. Sa conduite dirigera la mienne.


Figaro.

Voilà cet imbécile d’Antonio. Qu’est-ce qu’il cherche ?






Scène XV.


FIGARO, CHÉRUBIN, ANTONIO.



Antonio.

Voudriez-vous, notre neveu, annoncer Monſieur le Juge ? Il eſt parrain de notre biau fils, & il vient voir Madame la Comteſſe.