Page:Olympe de Gouges - Le Mariage inattendu de Chérubin.djvu/66

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


reuse. Que vous reviendra-t-il de vous déſoler ? Où je ne vois pas de remède, je ne veux pas qu’on ait du mal. Fanchette eſt une Payſanne : la voilà bientôt mariée à un ſot, j’en conviens ; vous vous déſolez, quand vous avez tout lieu d’eſpérer.


Chérubin.

Ah, Figaro, qu’elle eſt belle, qu’elle eſt ſéduiſante avec ſes nouveaux habits ! Faut-il qu’elle devienne la femme d’un Payſan ? Eſt-elle faite pour un lourdaut de cette eſpèce ?


Figaro.

Monſeigneur, ne touchons pas à l’eſpèce, elle fournit de bons maris, plus que celle des Gens de Cour.


Chérubin.

Je ne reviendrai de long-tems dans cette Terre.


Figaro.

Tant mieux pour Monſieur le Comte ; il profitera de votre abſence.


Chérubin.

Tu crois qu’il a des deſſeins ſur Fanchette & qu’elle y répondra.


Figaro.

Je n’aſſure pas le dernier ; mais ſon Excellence ne négligera rien pour réuſſir, après que tout le monde ſera parti, & le droit du Seigneur ſera la première attaque.


Chérubin.

Ce droit ne lui appartient plus.