Page:Olympe de Gouges - Le Mariage inattendu de Chérubin.djvu/35

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





Scène VIII.


Les mêmes, ANTONIO, NICOLAS.



Antonio.

Je venions, Madame la Comteſſe, pour avoir l’honneur de vous préſenter notre biau-fils.


Nicolas.

C’eſt beaucoup d’honneur pour nous, Madame la Comteſſe.


La Comtesse.

Je ſuis fort aiſe de vous voir tous les deux ; & pour quand le mariage ?


Antonio.

Tardienne, Madame la Comteſſe, vous ſavez ben que c’eſt demain. J’avons prié tout le village pour aſſiſter à la fête, ſans compter ceux qui viendront de l’endroit de notre gendre.


Nicolas, d’un ton niais.

Je ſommes aſſez riches pour fêter tous ceux qui viendront à notre nôce. (À ſa Future.) Vous ne nous dites rien, mademoiſelle Fanchette. Il vous tarde d’être mariée, n’eſt-ce pas ?


Susanne, à part.

Le ſot animal ! Où la Fortune a-t-elle été ſe nicher ?