Page:Olympe de Gouges - Le Mariage inattendu de Chérubin.djvu/30

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



La Comtesse.

Il faut cependant égayer la fête. Vous allez nous laiſſer ſeules. Nous avons la toilette de Fanchette à faire. Je la mets en habit de Cour pour le jour de ſon mariage.


Fanchette.

Madame, il n’eſt pas néceſſaire : il faudra le quitter.


Susanne.

Tout eſt permis ce jour-là : c’eſt le plus beau de la Mariée.


Figaro.

Et du Marié ?


Le Comte.

Je peux reſter à la toilette. Vous ſavez que je m’y entends très-bien.

(Chérubin & Fanchette ſe regardent pendant le dialogue

ſuivant, & forment une ſcène muette &

intéreſſante.)

Figaro, à part, s’appercevant des regards que ſe lancent nos deux Amans.

Comme la prunelle va ſon train ! On peut bien dire que les Amans ſont ſemblables à ces Intelligences céleſtes, qui ſe communiquent leurs penſées en ſe regardant. Que ce langage muet eſt délicieux ! Heureux tems de mes amours, ne reviendras-tu plus pour moi ?


Susanne.

Qu’as-tu, mon Figaro ? Tu ſoupires, mon ami.