Page:Olympe de Gouges - Le Mariage inattendu de Chérubin.djvu/23

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Chérubin.

Tu crois, cher Figaro ?


Figaro.

Ma foi, je crois tout de ſa part. Reſpecte-t-il quelque choſe en fait de galanterie ?


Chérubin.

Tu me fais ouvrir les yeux. Le Comte pourroit abuſer ?… Non, je ne partirai qu’après le mariage.


Figaro.

Fort bien ; mais voici Monsieur le Comte. Changeons de converſation.




Scène II.


CHÉRUBIN, FIGARO, LE COMTE.



Le Comte, à Chérubin.

Je reçois de Madrid des nouvelles bien intéreſſantes, & qui vous regardent auſſi, Monſieur le Marquis.


Chérubin.

Sur quoi, Monſieur le Comte ?


Le Comte.

Vous êtes allié, ainſi que Madame la Comteſſe, à la Maiſon de Médoc ; vous ſavez que cette Famille avoit reçu une tache à l’occasion d’un mariage ſecret avec le Duc Don Fernand : ce mariage