Page:Olympe de Gouges - Le Mariage inattendu de Chérubin.djvu/21

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Figaro.

Oui, quand vous êtes ſérieux comme un Docteur de Salamanque.


Chérubin.

Je n’en ai pas la ſageſſe.


Figaro.

Eh bien, ſoyons donc fous. Amuſons-nous à ce mariage.


Chérubin.

Je ne le puis ; il faut m’éloigner de ces lieux.


Figaro.

Quel parti extrême ! Vous n’avez rien d’un Page… Vous êtes donc bien amoureux !


Chérubin.

Plus que jamais. Fanchette eſt devenue ſi belle ! Elle a un air ſi noble & ſi décent ! Non, elle n’a rien d’une Payſanne.


Figaro.

Il ne lui manque que les habits pour avoir la mine d’une femme de Cour ; mais cela pouvoit-il être autrement, ayant été inſtruite par ma Suſette, & élevée auprés de la Comteſſe ?


Chérubin.

Je crois voir en elle une fille de qualité ſous l’habit groſſier d’une Villageoiſe.


Figaro.

Toujours des idées romaneſques. C’eſt comme moi, qui me croyois un grand perſonnage ; mais Fanchette n’a pas été perdue, on connoît fort bien