Page:Olympe de Gouges - Le Mariage inattendu de Chérubin.djvu/13

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


elle trouve cet homme, que l’on aſſure ſublime & aimable, ſourd, muet, & inſenſible aux cris de la douleur & du déſeſpoir. Actuellement que je ſuis un peu conſolée de mes chagrins dramatiques, il me reſte toujours ſur le cœur la galanterie de M. C. de B… ; &, comme je ſuis très-franche, j’aime à dire ma façon de penſer, & une petite vengeance ſoulage toujours la femme la plus douce. Celle-ci ne peut bleſſer la réputation d’un homme invulnérable ; ainſi je déclarerai hautement au Public qu’ayant écrit à M. C. de B… de même qu’à tous les Auteurs Dramatiques, j’ajoutai l’apoſtille ſuivante :

» J’ai eu l’honneur de vous écrire, Monſieur, comme à tous les hommes de Lettres ; mais je viens chez vous comme les opprimés couroient chez Voltaire ; je ſuis à votre porte, & je me flatte que vous me ferez l’honnêteté de me recevoir. »

Le Suiſſe me parut poli d’abord ; mais en revenant m’apporter la réponſe de ſon Maître, il me dit avec le ton d’un homme de ſon état, qu’il étoit fort occupé, & qu’il ne pouvoit m’entendre. — N’étant point faite pour commettre une indiſcré-