Page:Olympe de Gouges - Le Mariage inattendu de Chérubin.djvu/108

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.







Scène XIV.


FANCHETTE, LE COMTE,

BASILE, CHÉRUBIN, BRID’OISON, FIGARO, NICOLAS, SUSANNE, LA COMTESSE, LE DUC, LA DUCHESSE, PLUSIEURS

DOMESTIQUES.



Le Duc, à Fanchette.

Chère enfant, viens embraſſer ton père.


La Duchesse.

Cher gage de notre tendreſſe.


Fanchette.

Quoi, je tiens dans mes bras ceux qui m’ont donné l’être ! Je ſuis le fruit de votre amour ſi long-tems malheureux. Je vois couler vos pleurs ; laiſſer-moi recueillir dans mon ſein ces larmes précieuſes ; qu’elles ſe mêlent avec les miennes. Ce ſont des pleurs de joie dont aucun plaiſir ne peut égaler la douceur.


La Comtesse.

Ma chère couſine !