Page:Olympe de Gouges - Le Mariage inattendu de Chérubin.djvu/106

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


trait mortuaire de votre véritable fille Fanchette, & les titres de mademoiſelle Don Fernand, que voilà.


Antonio.

J’allons voir tout cela. Je courons la chercher.

(Il ſort.)






Scène XIII.


FANCHETTE, LE COMTE,

BASILE, CHÉRUBIN, BRID’OISON, FIGARO, NICOLAS, PLUSIEURS

DOMESTIQUES.



Le Comte, à Chérubin.

Monsieur le Marquis, aux termes où les choſes en ſont, je vous dois une explication. Ma conduite à l’égard de Mademoiſelle a pu vous donner des ſoupçons ; mais elle peut me rendre juſtice. Je n’ai voulu que connoître ſes véritables ſentimens ; j’ai reſpecté ſon amour dès que je n’ai pu en douter. Jouiſſer d’un cœur qui vous appartient.


Fanchette, à Chérubin en ſouriant.

Monſieur le Comte.