Page:Olympe de Gouges - Le Cri du sage.pdf/1

Cette page a été validée par deux contributeurs.


LE CRI DU SAGE.

Par une Femme.


Il eſt tems d’élever la voix ; le bon ſens, la ſageſſe ne ſauroient plus obſerver le ſilence ; il eſt tems de dire définitivement à la Nation, que ſi elle ne ſe décide pas promptement à ne faire qu’un travail, elle entraîne ſous peu la chûte du Royaume, qu’elle ôtera à jamais la confiance, & que le mal deviendra incurable.

Les anciens François ne péchoient que par trop d’ignorance ; les modernes gatent tout pour avoir trop acquis.

À force d’idées & de lumieres, ils ſe trouvent aujourd’hui dans une confuſion épouvantable.

La Patrie qui attend avec impatience ſon ſalut de leur ſageſſe & de leur entrepriſe, voit déjà avec peine qu’ils ne s’entendent pas & qu’ils touchent au fatal moment de devenir la fable de l’Europe.