Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée
56
notre france

l’habitude prise par eux de se dénigrer, de faire le moindre cas de leurs belles qualités, quitte à vouloir, par ailleurs, s’attribuer parfois celles qui précisément leur sont étrangères.

Les trois empires coloniaux successivement édifiés du xive siècle à nos jours, ont ceci de commun que les initiatives individuelles s’y révèlent, non pas seulement énergiques et ardentes, mais persévérantes à l’extrême et que, d’autre part, ce sont les guerres métropolitaines et les excès de la politique continentale qui ont fréquemment compromis — et même annulé à deux reprises — les résultats obtenus. En Guinée, dès 1365, au Canada dès 1618, en Algérie dès 1520, au Sénégal et en Guyane dès 1582, à Madagascar dès 1601, puis à Surate en 1668, à Tourane en 1749, des audaces privées ont planté les premiers jalons et dessiné ainsi les contours de l’effort futur. Qui dira la dose de vouloir obstiné nécessaire à construire ainsi, pierre à pierre, une Inde française, une Amérique, une Afrique, une Asie françaises, en face de pouvoirs publics, parfois hostiles, souvent distraits, dont l’appui fut, en tout cas, singulièrement intermittent ? Sans doute, du domaine indien et du domaine américain, il ne reste aujourd’hui que des débris — ou des noms : tels ceux de la Caroline ou de la Louisiane. Encore ne doit-on pas manquer d’apprécier à sa valeur la magnifique survivance de l’établissement canadien devenu un des joyaux de la couronne d’Angleterre. Mais si dans ces parties du monde, un échec s’est produit — échec consacré par cette paix de 1763 dont le retentissement a pesé lourdement au dehors sur l’estimation des capacités coloniales françaises — le contraste n’en est