Ouvrir le menu principal
Cette page n’a pas encore été corrigée
206
notre france

trace d’une modification prochaine de l’esprit français, mais certains espéraient que la guerre pourrait exercer à cet égard une influence décisive sur la nation…


----

Ce qui est advenu depuis, comment le juger ? À d’autres d’assumer ce rôle. Mais quels que soient leur désir d’impartialité et leur souci de tenir compte de tous les éléments contemporains d’appréciation, ils n’y réussiront pleinement que si, de façon exacte et continue, ils se réfèrent au passé de la nation. L’Histoire ! Rien sans elle n’est compréhensible ni explicable. C’est le grand défaut de la génération qui m’entoure de procéder mentalement comme si le principe de la spontanéité dominait le monde. Il ne domine pourtant ni la réalité des faits ni le labyrinthe des idées. Rien n’est spontané ni en sciences ni en philosophie ni en politique ni en sociologie. Les étrangers — les Français eux-mêmes — comprendraient mieux la France s’ils possédaient toujours présent à leurs esprits, le canevas de sa lointaine et lente évolution. Et de même ne saurons nous juger sainement et justement des peuples étrangers qu’en apprenant au préalable à travers quelles vicissitudes s’est développée et affirmée leur originalité.

Vous tous qui raconterez la France de demain, ne manquez pas d’en aller chercher les assises profondes au sein du passé.

Lausanne, 1er Janvier 1930.
P. C.