Ouvrir le menu principal

Page:Notices sur M. le comte Chaptal, et discours prononcés sur sa tombe, le 1er août 1832.djvu/59

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
( 55 )

vive voix aux fabricans l’impulsion vers les perfectionnemens et vers l’adoption des découvertes importantes.

C’est à lui qu’est due la première École spéciale d’arts et métiers, établie d’abord à Compiègne, puis transférée à Châlons. C’est également sous son ministère que les grandes collections qu’on admire au Conservatoire des arts et métiers y furent classées, et livrées à l’étude des citoyens industrieux.

Enfin, il est au premier rang des fondateurs de cette Société d’Encouragement de l’industrie nationale établie sous son ministère. Depuis sa fondation, la Société l’a réélu trente fois son président annuel, et dans les jours de faveur fit dans les jours de disgrâce : noble constance des arts, honorable à la fois pour l’homme d’État et pour les artistes !

Voilà ce que Chaptal a fait en faveur des arts industriels.

Pour les travaux publics, c’est sous son ministère que s’est opérée l’immense restauration des voies publiques de la France. En trois années, cent routes principales, dégradées au point de n’être plus viables qu’en peu d’endroits, ont été rendues praticables. Les routes nouvelles, ouvertes dans les Alpes par le Simplon, le Mont-Cénis et le Mont-Genèvre, sont au rang des plus grands ouvrages que son ministère vit commencer et finir. À cette époque, on ouvrait une quatrième voie sur le revers des Alpes maritimes, pour communiquer de Marseille à Gênes ; on taillait sur les bords escarpés de la rive gauche du Rhin, à