Ouvrir le menu principal

Page:Normand - Pensées de toutes les couleurs, Calmann-Lévy.djvu/70

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


et, souvent, on arrive au sommet moins fatigué qu’en partant.

Les tracas assaisonnent désagréablement la vie comme le poivre les aliments.

On dit : « Un vent échevelé. » C’est échevelant ou, mieux encore, déchevelant qu’il convient de dire.

L’homme passe sa vieillesse à regretter ce dont il s’est plaint pendant toute son existence.