Ouvrir le menu principal

Page:Normand - Pensées de toutes les couleurs, Calmann-Lévy.djvu/48

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’homme ? Un réservoir à microbes que traverse parfois un rayon d’idéal.

On ne peut jamais être complètement heureux : il y a toujours le malheur des autres.

Le mérite d’une bonne action résulte moins de l’action elle-même que de l’effort qu’elle a coûté.

Plus la vie est légère aux gens frivoles, plus le malheur leur semble lourd.