Ouvrir le menu principal

Page:Normand - Pensées de toutes les couleurs, Calmann-Lévy.djvu/45

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Il en est d’une liberté trop grande comme d’un vêtement trop large : on s’y sent mal à l’aise.

Les lettres : des morceaux de papier plus ou moins blancs, sur lesquels on trace des caractères plus ou moins noirs, pour dire des choses plus ou moins vraies.

Aux heures de grande lassitude, je tâche de penser à saint Siméon Stylite, à ses vingt-six ans de « colonne »… et ça me défatigue tout de même un brin.