Ouvrir le menu principal

Page:Normand - Pensées de toutes les couleurs, Calmann-Lévy.djvu/223

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



GAMBETTA

(1838-1882)



Il aurait soixante-treize ans…

La barbe et les cheveux si noirs sont aujourd’hui tout blancs ; le ventre, toujours important, est maintenant considérable ; l’œil — (le singulier s’impose ici) — ne jette plus les mêmes flammes ; bref, le Léon — pardon ! le lion — est devenu vieux. Mais la voix a conservé sa puissance charmeresse… et son accent carabiné. Le geste est toujours ample, autoritaire, et, à l’occasion, le poing s’abattrait avec la même vigueur qu’autrefois sur la tribune, pour enfoncer les arguments dans la tête des auditeurs. Ainsi faisait jadis Maître Gambetta, à l’aurore de sa gloire, quand, lors du procès