Ouvrir le menu principal

Page:Normand - Pensées de toutes les couleurs, Calmann-Lévy.djvu/21

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


On a dit de la musique que c’est le plus coûteux de tous les bruits. On peut ajouter que c’est aussi le plus indiscret de tous les arts. Il est le seul qui s’impose à domicile, malgré les planchers et les murs.

On s’accoutume aux bruits de la maison comme aux visages que l’on voit tous les jours. On finit par ne plus entendre les uns et par ne plus regarder les autres.

Oh ! les interminables conversations sur l’automobile !… Disons, en modifiant un peu la formule célèbre :