Ouvrir le menu principal

Page:Normand - Pensées de toutes les couleurs, Calmann-Lévy.djvu/206

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Dans une salle de théâtre, superficiellement élégante et gaie, que de vices cachés, de douleurs dissimulées, de hontes ignorées, de « dessous » inconnus ! On pense à quelque belle corbeille de fleurs sous laquelle, dans un fumier immonde, se traînent des vers gluants et d’inquiétantes limaces…

Ultra moderne et absolument exact, m’affirme-t-on.

Peu après la mort de son père, un jeune homme rencontre un ami de sa famille. Celui-ci, l’abordant :

— Ah ! quelle perte ! Un homme si bon, si aimable, si…

Et le jeune homme poli, mais net :

— Pardon !… C’est peut-être votre avis… Mais ce n’est pas le mien !