Ouvrir le menu principal

Page:Normand - Pensées de toutes les couleurs, Calmann-Lévy.djvu/18

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


avec nous, oublient un peu leur infirmité ; les sourds, en voyant remuer nos lèvres pour eux muettes, la constatent davantage.

On peut croire que l’appétit vient en mangeant ; mais on peut être certain qu’il s’en va de même.

« Tout vient à point à qui sait attendre. » Hélas ! il y a des gens qui attendent toute leur vie !

Les âmes pures sont comme les appartements bien éclairés : on aime y pénétrer et y vivre.