Ouvrir le menu principal

Page:Normand - Pensées de toutes les couleurs, Calmann-Lévy.djvu/108

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Les joies passent sur notre âme comme des oiseaux ; les douleurs s’y incrustent comme des rochers.

Les vrais dévouements sont ceux que l’on sait devoir rester ignorés.

Traînant sur les sentiers douloureux de la vie
Le poids de ses chagrins — qu’il juge les plus lourds —
                 Un malheureux trouve toujours
                 Un plus malheureux qui l’envie !

La bonté qui prend sa source dans la faiblesse n’est pas la vraie bonté ; mais c’est la plus facile et, par suite, la plus répandue.