Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Li paien[s] li trestorne de randonee,
Grans cos se vont doner es targes lees.
Li Turs brise sa lance de neuf fere[e],
715Mais li Aiol se tient qu’est enfumee
Que la targe li a frainte et troee
Et la bronge del dos li est fausee ;
Par mi outre le cors li est passee
La lanche a tout le fer ensangle[n]tee
720Que mort l’a abatu en mi le pree.
A haute voix escrie : « Diex saut mon pere !
« Toutes ses vieuses armes bien ai gardees.
« Fiex a putain, paien, avés soudee ;
« Pire est vo neve lance de l’enfumee.
725« Qui me donroit des neuves une caree,
« Ne donroie la moie, car molt m’agree. »
Puis a le grosse lance tost recovree,
Contremont vers le ciel si l’a levee.
« Dameldieu, » dist il, « sire, [glorieus] pere,
730« Garissiés hui mon cors, v[e]rais saveres ! »
Et va ferir .i. autre qui s’apresteve
Que la targe li a par mi trouee ;
Li Sarrasins trestorne qui l’a doutee ;
A Aiol(s) est sa lanche droit escapee :
735Ens el treu de la targe en est remese,
Et li paien[s] s’enfuit par mi la pree :
(b)Si traine la lance viese enfumee.
Aiols gete la main, si trait l’espee,
Si vait ferir le Turc une colee
740Que la teste li a du bu sevree.
Li quars s’en va fuiant de randonee,
Et quant le voit li ber, ne li agree.
Si aquelli celui par mi l’estree
Qui trainoit la lance viese enfumee ;
745Après lui est venus sans demoree ;
Hautement li escrie : « Amis, biaus frere,

    — 721 deix — 722 mont bien g. — 725 .i. car.