Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Encore estoit Aiols si enfantis
645Ne li quida mal faire, se li a dit :
« Remontés tost, vallet, sor vo ronci :
« Demain vos tenés miex se estes ci !
— Cuivers, » che dist li autres, « tu l’as oci[s] !
— N’en puis nient, » dist Aiols, « se Dieu[s] m’ait !
650« Ansi quidai juer con tu fesis.
« Puis que cestui ai mort, or garde ti !
« Encor(e) sara je bien tel cop ferir
« U plus grant s(e)’ il se peut adevenir.
« Sire Dieus, boine estrine, » Aiols a dit.
655« Chou est li premier[s] hon c’onques feri.
« Or m’est il bien avis je l’ai ochi[s] :
« Or doinst Dex que che soit .i. Sarrasins !
« Desor gent chrestiane ne quir ferir.
— Cuivers, » che dist li autres, « si estoit il,
660« Mais tu le comperas, par Apolin ! »
Quant l’entendi Aiols, lié[s] en devint.

XVIII[1]

Or fu Aiols li enfes en mi le pré,
Et li .iii. escuier sont molt iré
Que lor compains gist mors en .i. fossé.
665(d)L(i)’ uns s’en vient vers Aiol tous [a]irés ;
Il a brandie l’anste al fer quarré,
Vait ferir en l’escu viés enfumé :
Tant estoit fors et durs n’est pas troés.
Aiols fu chevaliers preus et menbrés :
670Bien s’afiche el destrier, n’est pas versés,
Et cui Dieus veut aidier il est savés !
Le glouton esgarda, si fist autel,
En mi le pis li ra tel caup doné
Que trés par mi le cors li fist passer
675La boine lance toute al fer quaré,
Que mort l’a abatu en mi le pré.
Comme li doi le virent, si sont iré,

  1. — 671 qui