Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Et argent et denier[s] et boin or fin.
De l’ost roi Mibrien furent parti,
Torné de Pampelune, le riche chit,
610Et cherkent les fourier[s] et les lairis,
Et furent dessendu en droit midi
Por lors cors aaisier et refroidir :
En l’ombre se couchierent d’un ramé pin ;
Lor escuier bohordent sor lor roncin[s],
615Les escus lor signor a lor caus mis
Por eus esbanoier par le lairis.
L’uns s’eslaisse vers l’autre, sel vait ferir,
Toute plaine sa lance jus l’abati,
Et cil resaut en piés, monte el roncin.
620Aiols les regarda qui del bos vint
Volentiers et de gré, et si s’en rist,
Et jure Dameldieu qui ne menti
Sil l’atendent a cop qu’il fera si.
Il broche Marchegai sor coi il sist :
625Li cevals le senti, si tressailli,
Des esperons a or tous en fremi,
Car molt avoit grant pieche [que] nes senti
Fors al premier eslais que el bos fist ;
(c)Il est issus del bos, vint el lairis,
630Galopant vait vers aus tou[t] le cemin.
Li escuyer l’esgardent, si l’ont coisi,
L’uns s’eslaisse vers l’autre tous aati[s],
Grant cop li vait doner sor l’escu bis :
Mais tant est fors et durs ne l’a maumis
635Que il n’avoit milleur en nul pais :
Sa lanche pechoia, n’a plus conquis.
Aiols fu chevaliers preus et gentis :
Bien s’afiche el destrier, n’est pas guencis ;
Le glouton regarda, sel fiert aussi.
640De l’escu li percha tain et vernis,
Grant cop li a doné en mi le pis ;
Le fer de son espiel el cors li mist,
Toute plaine sa lanche mort l’abati.