Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Qui ne ciet ne ne verse cil le fait bien,
« S’il ne brisent lor lances si sont irié :
575« Il jetent lor tronchons jus a lor piés,
« Puis traient les espees as brans d’achier ;
« Mervelleus cos se donent par mi les chiés.
« Dameldieu, sire pere, je n’en sai riens,
« Ne onques ne vi jouste de chevaliers
580« Ne cenbel ahastir ne commenchier. »
Dont broche Marchegai son boin destrier,
Et Marchegai li saut .xiiii. piés :
« E Dieus ! » ce dist Aiols, « or l’a je chier :
« Jamais jor de ma(i) vie nel quier cangier. »

XVII[1]

585Des or s’en va Aiols, l’enfes gentis,
Le sentier par le bos molt esmaris ;
Dameldieu reclama de paradis :
« Glorieus, » fet il, « [pere], qui me fessis,
« Et le ciel et le terre as a baillir,
590« Tu me garis de mort et de peril.
« Ainc ne vi chevalier autre ferir,
« Ne cenbel commenchier ne maintenir.
(b)« Ja Dameldieu ne plache qui le mont fist
« Que puisse entrer en France le Loeys
595« S’aie veu joster par devant mi
« Issi c’aucune cose en aie appris. »
E Dieus ! si ne fist il, che m’est avis,
Ne fuissent les proiere[s] q’Avisse fist
La soie vaillant mere al cors gentil,
600Et Elie ses peres en proie aussi
Jhesu de sainte gloire qui ne menti,
Senpre fust retenus u mors u pris,
Q’a l’issue del bos ens el chemin
Ot .iiii. chevaliers tout Sarrasin[s],
605Et vien[en]t de saudee, molt ont conquis,
Assés portent avoir et vair et gris,

    — 580 abastir

  1. — 598 la pr. qauissi