Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

505« A bataille furnie ne ajoustee,
« Tant i fer[r]ai de puin et de l’espee,
« Enfressi c’a .i. an, ma douce mere,
« Vos quic avoir vo tere si aquitee,
« Qu’encore en esterés dame clamee.
510« Or en irai huimais, (car) l’aube est crevee. »
Il est venus al lit u gist ses peres,
Et Elies l’apele, çaint li l’espee
Qui tant estoit tranchant et longe et lee :
Moysès li hermites l’ot aportee,
515Qui .xv. ans tous entiers l’avoit gardee,
Sovent l’avoit forbie et ressuee
Qu’el ne fu enrunjie ne tre(s)salee ;
Et Elies li a al flanc seree ;
Mais la resne ert rompue et renoee.
520Elies a la paume amont levee :
Si en dona son fil une colee :
« Biaus fiex, » che dist li dus, « Dex li saveres
« Te doinst pris et barnage longe duree !
« Armes as tu molt boines, [et] molt m’agree.
525« La bronge c’as vestue est si seree
« Onques por caup de lance ne fu fausee ;
« Li elmes dont avés le teste armee
« Si m’a gari de mort en grant mellee :
« Ains ne fu enbarés por caup d’espee ;
530(d)« La vostre qu’avés çainte est si tempree
« Qu’il ni nule millor en .vii. contrees,
« Se Dex vos done avoir et grant saudee,
« Por Dieu n’obliés mie [la] vostre mere
« Qui chi remaint si seule et esgaree. »
535Li hermites s’en torne sans demoree :
En sa capele en entre qui est sacree,
Les armes Dameldieu a recovrees,
Si a l’enfant Aiol messe chantee :
Aiols trestout armés l’a escoutee ;

    — 517 Quil