Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Il ne fu onques mieudres ne jamais n’iert.
« Tant con l’aras sor toi ne doute rien :
« Fus ne te peut ardoir n’eiwe noier.
— Sire, » che dist Aiols, « gardés ert bien. »
475Il apela son pere par amistié :
« Vous m’envoiés en France por ga[a]ignier,
« Al fort roi Loeys pour acointier.
« Bien savés que valès ne escuier[s]
« Ne doit aporter armes s’ert chevalier[s] :
480« Sire, por amor Dieu m’aparelliés !
« Quant je venrai al roi qui Franche tient
« Que ne soie entrepris por escuier. »
Quant l’entendi Elies, molt en fu liés :
« Biaus fiex, molt estes sages et afaitiés :
485« Les armes arés vos molt volentiers. »
Isnelement le fist aparellier :
El dos li ont vestu l’auberc doublier,
Et Avisse li lache l’elme ens el cief ;
Puis l’apela Elies par amistiés,
490Qu’il li vaudra ja çaindre le branc d’achier
Et doner la colee, s’ert chevalier[s].

XV[1]

« Or en irés en France, fiex, » dist li mere,
« Servir roi Loeys nostre enperere.
(c)« Jhesu vos i laist faire tele saudee
495« Dont li cors soit garis, (et) l(i)’ ame savee.
« Por Dieu n’obliés mie vostre chier pere
« Qui chi remaint (mait) malades en tel contree :
« Ne l’i regardera parens ne frere.
— Dame, » che dist Aiols, « Dex li saveres,
500« Qui fist et ciel et tere et mer betee,
« Garisse moi et vos et mon chier pere !
« Molt par fist grant pichié cil vostre frere
« Qui si vous a de France escaitivee.
« Mais se [je] puis venir en la contree

    — 473 le p. — 479 sest ch.

  1. — 498 parent