Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

XI[1]

« Sire, » dist Moysès, li sains hermites,
« Je vos ai dit del songe la profesie ;
440« Que chou que il tesmoigne tout senefie :
« Encore ert vos fiex rois, n’i faura mie. »
Aiol son fil baisa li france Avisse
Et les iex et la bouche et la poitrine,
Et trestout en plourant li prist a dire :
445« Or en irés en Franche, fieus gentiex sire,
« Je vous commanc a Dieu le fil Marie
« Qui le chiel et la tere a establie
« Qu’il deffenge vo cors de vilenie.

XII[2]

— Filleul, » dist li hermites, « je te lairai.
450« Volentiers te fis(t) bien et te levai ;
« Je te mis non Aiol : si t’apelai
« Por amor de l’aiant c’o toi trovai ;
« Or te lairai veir s’onques t’amai :
« Quant jou estoi[e] jovenes, .i. brief portai :
455« Ne fu onques nus mieudres ne n’ert jamais,
« Li non de Jhesu Crist i sont tout vrai.
— Sire, » che dist Aiols, « trés bien le sai,
(b)« Car par mai[n]tes foi[e]s esgardei l’ai ;
« Dameldieu[s] le vos mire quant je l’arai.
460— Filleul, » dist li hermites, « jel te donrai. »

XIII[3]

Moysès prist le brief, se li dona ;
De sor le destre espaule li saila.
Aiols li fiex Elie se regarda,
Ançois qu’il [l’]ait ploié si l’esgarda,
465Bien et cortoisement se desresna :
« E Dieus ! » che dist li enfes, « quel brief chi a !
« Makaire[s] de Losane le comperra ;
« Se il m’atent a cop, le chief perdra !
« Mes honors et mes teres me rendera

XIV[4]

470— Filluel, » dist li hermites, « tu as le brief ;

  1. — 446 fiex
  2. — 463 le r. — 464 le regarda