Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Qui devant lui aloient le cemin grant
« Et vos fieus les plongoit en l’aigue grant,
405« Che seront Sarrasin, Turc et Persant
« Qui por lui querront Dieu omnipotent
« Et prendront baptestire veraiement.
« Tout li oisel de France petit et grant
« Qui contre lui venoient a pié esrant
410« Que il n’avoient eles ne tant ne quant,
« Aiols lor donoit plumes de maintenant,
« En peu d’eure les fist liés et joians,
« Che seront chevalier et boin sergant
« De la tere de France la de devant
415« Qui perdu ont lor tere, lor casement :
« Par Aiol les raront delivrement.
« Ce senefient, sire, li ostoir blanc
« Que prendront compaingie a vostre enfant :
« S’en iront en Espaigne tout droitement,
420« Dessi a Panpelune le chité grant.
« L’ymage que veistes, frans dus vaillans,
(f. 99)« Che ert une pucele molt avenant :
« Aiols l’ara a feme, vos fiex li frans ;
« Ele si ert ençainte de .ii. enfans
425« Qui d’Espaigne feront tout leur talent.
« Si li songes est voirs, qui pas ne ment,
« Encore seront (il) roi li doi enfant,
« Cascun[s] ara corone el cief portans.
— E Dieus ! » che dist Elies, « pere poissant,
430« Dame sainte Marie, qui vivra tant,
« Que jou aie tel joie de mon enfant ?
« Je ne querroie vivre plus en avant.
— Sire, » dist Moysès, li clers sachans,
« Ne vos [en] alés pas esmervellant ;
435« Vos estes jovenes hon, mien ensiant,
« Vous n’avés encor mie .xxxvi. ans :
« Tout chou porés veir et plus avant.

    — 428 portant