Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

— Sire, » che dist la dame, « chou por coi dites ?
« Mes enfes est si jovenes n’a point de vides :
« Molt tost le torneront Franc a folie ;
« Se je perc mon enfant iere caitive :
135(f. 97)« C’est tous mes recovriers, ma joie fine.

IV[1]

— Bele seur, douce amie, » ce dist li ber,
« Ne deshaitiés l’enfant ne ne cosés :
« Mais nous li prions ore par sa bonté
« Qu’il alt en douche France al roi parler.
140« S’il venoit en bataille ne al jouster,
« Molt tost le poroit Dieus amenistrer
« Qu’il seroit a la cor des mieus amés.
— Sire, » che dist la dame, « merchi por Dé :
« Mes enfes est si jovenes, s’a poi d’aé,
145« Que il ne set encore querre .i. ostel
« Ne a un gentil home ne set parler.
« François sont orgellous demesuré :
« Laidengier le vauront et ranproner :
« Il nel poroit soufrir ne endurer ;
150« Tost respondroit folie, car petit set ;
« Si l’aroient li Franc tost afolet,
« Je remanroie lasse, mon ceur iré,
« Jamais n’aroie joie en mon aé ;
« Ne li ai que doner qu’il puist porter. »
155Quant l’entendi Aiols, s’en rist li ber :
« Taisiés, » fist il, « ma dame, plus n’en parlés :
« Mal dehait qui laira por povreté
« Que jou ne voise en France al roi parler !
« Se vos n’avés avoir, Dieus a assés,
160« Qui del sien me donra a grant plenté. »
Quant Elies l’entent, s’en rist li ber :
« Or en irés, biaus fieus, al congiet Dé :
« Jhesus vos i laist faire par sa bonté
« Dont li rois mieus vous aint et son barné.

  1. — 162 c. dei