Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

10900(c)De toutes pars le prisent, les puins li ont loiés ;
Par defors la chité le menerent a pié :
Maintenant le desarment, ne s’en voilent targier.
Les menbres li ont fait maintenant atacier
A .iiii. fors coroies por son cors essilier,
10905Et puis molt tost as keues de .iiii. fors destriers
Tout le fissent desrompre : ensi s’en sont vengiés.
Puis prissent Panpelune les murs et les terriés :
Cil dedens qui se voillent lever et baptisier
Ne perdirent del lor valissant .iii(i). deniés ;
10910Qui en Dieu ne vaut croire molt tost fu esilliés.

CCLXXXVI[1]

Trés puis que Panpelune la fors cité fu prisse,
Issent fors de [la] cartre Floquipasse et Propise[s] :
Mirabel amenerent de la croute vautie.
Quant il vinrent es rues, molt durement s’escrient :
10915« U es alés, Aiol de Franche la garnie ?
« Vessi vostre mollier Mirabel la nobile :
« Bien l’avomes gardee et par grant signorie. »
Quant l’entendi Aiol[s], s’a le rene guenchie :
C’estoit la riens el mont qu’il onques plus desire.
10920Il dessendi a piet, par la main l’a saisie :
« Dame, fille de roi, molt vos laisai marie. »
Atant evous Tumas et Manesier meisme.
U qu’il voient lor pere, fierement li escrient :
« Sire, qu’est ceste dame que vous avés conquisse ?
10925(d)— Enfant, chou est vo mere, onques mais nel veistes. »
Quant li vale(n)t l’entendent, durement s’esjoissent.
« Sire, » dist Mirabiaus, « ce que est que vous dites ?
« Mi fil furent noié a doel et a martire.
10930— Dame, » che dist Aiol[s], « se Dieu[s] me beneie,
« Uns frans hon les gari, qui fu preus et nobile :
« Il n’a teus chevaliers jusc’as pors de Hungrie.

    — 10900 Miniature avec cette rubrique : Ch’est chi ensi c’on fait justiche de Makaire. — 10903 esracier

  1. — 10927 mirabel