Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Mire por lui garir, car nul mestier n’en a.
Atant es Manesier sor .i. corant cheval :
Voit son frere en la presse, forment s’en aira ;
Escrie Aiol son pere, de riens ne se targa :
10765« Sire, car secourés vostre chier fil Tumas !
« Se tu pers ton enfant, grant damage i aras ! » 
Loeys et Aiol[s] vont poignant cele part,
Et li rois Grasiens qui les enfans ama
Et Teri[s] li boins maistre qui tant bien les garda,
10770Li dus Beuves sans barbe, Engerans et Gerars,
.lx. chevalier secorurent Tumas.
Li ber al branc d’achier lor avoit fait tel parc
Comme fait li sengler[s] qui as ciens se combat :
Bien i pert que preudom(e) al besoing s’(i) aresta.
10775Et Manesiers i vient iriés comme lupars :
Le ceval point et broche, qui molt tost le porta :
Vait ferir Estorgant sor l’escu a esmail,
Icil portoit l’ensenge Mibrien le vasal,
Que de toutes ses armes point de garant nen a :
10780Par mi outre le cors fer et fust li passa,
Tant com anste li dure, l’abat mort del ceval.
Puis a traite l’espee et l’escu enbracha :
Cui il consieut a cop de mort garant nen a.
Qui veist les .ii. freres vers la gent desloial,
10785Comment il lor detranchent les costés et les bras !
Onques Dieus ne fist home lor cos ne redoutast.
« E Dieus ! » dist Loeys, « com fais barons chi a !
« Beneoit[e] soit la mere qui tés enfans porta !
« Bien doit amer celui qui de mort les jeta. »
10790Makaires torne en fuie, demorer n’i ossa.

CCLXXXIII[1]

Molt fu grant la bataille et felenesse et pesme :
(d)François i font grant joie, et Sarrasin i perdent.
Manesier[s] point et broche tout le pendant d’un tertre
Et vait ferir Durant sor la targe novelle :
10795Desor la boucle a or li fraint et esquartele,

    — 10770 beuon s. b. engerant et gerart — 10775 lupart — 10781 dura