Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Il drecierent les voiles, si se prendent en mer,
10590Et furent bien .cm. es barges et es nés,
En dromont et en nepes et en escois ferés.
Ains mès tel ost ne vit nus hom de mere né[s].
Trés puis c’a l’ost de France ne se sont aresté.
Molt sera faus Makaires, li traitres provés,
10595Se il tant les atent qu’il soient assamblé.
Ne sai que vous deusse lor estoire aconter,
Ne combien il esturent el palagre de mer :
Droit a Saint Nicolai dont vos oi avés,
Celui c’on dist a Bar, sont .i. main arivé ;
10600Tout droit a Panpelune ne finent de l’esrer.
Quant vinrent en Espaigne, en la terre as Escler[s],
Corent par le contree, s’ont le pais gasté.
Li fors roi Mibriens en a oi parler,
Et li quivers Makaires, cui Dieus(t) puist mal doner.
10605Et manderent lor gent par trestout le resné :
Bataille vauront faire a .i. jor denomé.

CCLXXIX[1]

Molt par sont grans les os de par toute la terre,
Il gastent le pais, essillent et deser[t]ent.
Makaires li traitre Mibrien en apele :
10610« Par foi, » che dist Makaires, « trop i faites grant perte :
« Ce est Aiols [li ber] qui vos fait ceste guerre.
(c)« Et tout por sa mollier que vous tenés en sere ;
« Ne volt en Mahon croire, tant est fole et quiverte :
« Je te tieng molt a fel, quant ne li taus la teste ! »
10615Et respont Mibriens : « Issi doit il bien estre. »
Il a traite l’espee al tranchant alemele :
Isnelement en vient en la cartre sous tere,
Et vint a Mirabel, ja li tolist la teste,
Quant paien li escrient : « Tolés ! sire, ne faites !
10620« Volés por estrainge home vostre fille desfaire ?
— Sire, » dist Mirabiaus, « chi a molt povre guerre. »

    — 10591 escoufres feres — 10602 gasse — 10604 que

  1. — 10607 furent grant — 10621 mirabel