Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

« Or m’esteut Loeys mon signor demander,
10555« Qu’il son neveu secore, s’il veut avoir son gré.
— Gentiex hon, » dist Avisse, « por Dieu or en pensés......
— Jamais n’ere [jou] liés, s’en ere aseurés. »
Li frans dus de boin aire fait .i. brief saieler,
Droitement a Paris fait .i. mesage aler,
10560Et mande Loeys, u se peut miex fier,
Que son neveu secore por Dieu de majesté ;
Se il onques l’ot chier, or nel doit oublier.
Droitement a Paris a Loeys trové,
De par le duc Elie l’a premiers salué.
10565Il li done les letres et le brief saielé :
Son capelain les livre, la chire fait froer ;
Li rois seut la novele, s’a grant joie mené.
« E Dieus ! » che dist li rois, « tu soies aorés !
« Car c’est li hon en tere que je doi plus amer. »
10570Li rois a fait les briés, les cartres saieler,
De par toute sa tere fait ses barons mander :
Tant furent grant les os, ainc hon nes pot esmer.
De la menue gent n’i laisa point aler,
Car il vaut le secor[s] molt durement aster.
10575Quant li rois ot sa gent toute faite amaser,
(b)Durement vers Espaigne ont lor cemin torné.
Del boin roi Loeys vos lairai chi ester,
Et del viellart Elie, de son riche barné ;
Son esfors et sa gent en aconduit li ber.
10580De Grasien(s) dirons et d’Aiol le sené,
Qui de toute Venisse fait ses barons mander
Et droit de Salenique la mirable chité,
Et de toutes les teres qu’il orent a garder.
As prés de Tornebrie font les os ajoster,
10585De par tout le rivage le(s) navie aprester
Et porter le viande et l’aigue douche et cler,
Dont il poront .v. ans el resne converser.
Li maronier sont sage de lor gent a guier,

    — 10575 toute faire — 10587 poroit